Dans la république du bonheur - Une critique flyée de l'individualisme



Dans la république du bonheur est une pièce contemporaine en trois actes, abstraite et poétique.
Difficile pour moi de faire une critique de cette pièce n'étant, d'entrée de jeu, pas très amatrice de textes abstraits. Je vous l'avoue, dans une pièce j'aime qu'il y ait une logique narrative, un début, un milieu et une fin. Je suis vieux jeu!

Voici ma perception de Dans la république du bonheur : On arrive en plein milieu d'une sorte de repas de Noël. La famille est campée dans des costumes et un décor "monde de Barbie" entre une caravane, une piscine gonflable, des chaises longues et des couleurs bariolée de partout.

On plonge dans l’écriture rythmée et cynique du dramaturge britannique Martin Crimp. Les mots s'entassent les uns par-dessus les autres et au spectateur de trouver un sens là-dedans.

Ça parle de normalisation des individus, du fait que nous sommes devenus des assistés de l'état, ça souligne les défauts humains, l'individualisme de cette quête oh combien actuelle d'épanouissement personnel, de l'envie d'exister, de se faire entendre. Une forme de dénonciation des clichés existentiels.
Mais je peux me tromper...

Le jeu des comédiens est excellent, d'autant plus remarquable étant donné l'opacité du texte.
Le monologue d'entrée de David Giguère (l'oncle Bob) qui est chargé de répandre en mots la haine et le dégoût de sa blonde pour sa propre famille est à tomber par terre! Et bien sûr Ève Landry (Madeleine) est captivante en femme hystérique et cruelle.

En résumé Christian Lapointe met en scène le thème de la liberté individuelle à l'intérieur de la collectivité dans une composition on ne peut plus flyée!

Étrange, mais très réussi!


Jusqu'au 28 février
Place des Arts - Cinquième Salle


Texte : Martin Crimp
Mise en scène : Christian Lapointe
​Coproduction : Théâtre du Trident et Théâtre Blanc (Québec)
Distribution : Normand Bissonnette, Lise Castonguay, Denise Gagnon, David Giguère, Eve Landry, Joanie Lehoux, Roland Lepage, Noémie O'Farrell

Conception
​Scénographie : Matéo Thébaudeau et Jean Hazel
Costumes : Virginie Leclerc
Éclairages : Martin Sirois
Musique : Keith Kouna
Dramaturgie : Sophie Devirieux
Projections : Lionel Arnould
Coiffures : Sébastien Ouellet
Maquillages : Sébastien Ouellet
Accessoires : Julie Lévesque

0 commentaires: